Tribune Montrouge Magazine – La gestion municipale épinglée par la chambre régionale des comptes

Tribune des élus de « La Gauche à Montrouge » – Montrouge Magazine n° 88 juin – juillet – août 2010

La Chambre régionale des comptes a pour mission de vérifier la gestion des collectivités. Concernant Montrouge, ses observations portent sur les finances, la gestion du personnel, les marchés et les travaux.

Les finances : La Chambre rejoint notre constat d’une baisse de l’autofinancement et d’une hausse de l’endettement de la ville. Quels sont les projets financés par cet endettement ? La Chambre s’interroge sur le « financement,…, en particulier pour le centre culturel et des congrès qui représenterait une dépense de l’ordre de 30 millions d’euros ».

Le personnel : La Chambre souligne que « les absences concernant les fonctionnaires … dépassent la moyenne des communes…» de taille comparable. Ce taux de « rotation » du personnel est l’indicateur d’un malaise. Cette situation est préjudiciable tant pour le personnel que pour la ville qui perd l’expérience de ceux qui partent.

Les marchés et travaux : Plusieurs critiques sont soulevées par la Chambre :

  • La mauvaise appréciation des budgets prévisionnels,
  • Des travaux décidés après le lancement du marché ce qui, dans certains cas, en modifie les conditions,
  • Des travaux exécutés avant le vote du conseil municipal.

Une illustration est le chantier de la piscine, pour lequel la Chambre ajoute d’autres observations, notamment de trop nombreux avenants pour presque tous les lots. Il en résulte une augmentation du coût total qui passe de 7,3 millions d’euros à plus de 11 millions d’euros.

La conclusion de la Chambre est sévère : « …, l’évolution constatée, remet en cause la logique même de la passation du marché…». Pourtant, dès 2003, la Chambre avait alerté la ville sur ces problèmes ce qui l’oblige à constater que « la collectivité n’a cependant, pas été suffisamment attentive à toutes les recommandations résultant du précédent contrôle de la chambre… ».

Les analyses de la Chambre rejoignent ainsi les observations et les objections que nous avons soulevées à maintes reprises au Conseil municipal.