Des professeurs au rabais ?

Elus et militants socialistes, nous apportons notre soutien aux stagiaires de l’éducation nationale mobilisés aujourd’hui contre la réforme de la formation des enseignants et les conditions de l’entrée dans le métier.

Depuis la rentrée 2010, les lauréats des concours doivent effectuer un horaire complet ou presque devant leurs élèves alors qu’ils n’ont aucune formation, aucune expérience. En cours d’année, ils suivront quand même quelques semaines de stage et seront alors remplacés par des étudiants en master. L’objectif est uniquement comptable pour le gouvernement : récupérer des postes au moindre coût (16000 postes). C’est faire preuve de mépris pour les élèves, les parents et les enseignants. Des classes entières voient ainsi défiler de jeunes collègues, soucieux de bien faire, mais totalement inexpérimentés. L’essentiel est d’avoir un adulte devant les élèves, le reste importe peu !

L’affectation, à temps plein, sans aucune formation pratique, des nouveaux enseignants est une aberration qui fait aujourd’hui sentir ses effets catastrophiques. Très souvent livrés à eux mêmes, parfois sans tuteur, les stagiaires souffrent à la fois d’une charge de travail inconsidérée et d’impréparation.

Pour le Parti socialiste, la formation initiale doit être complètement repensée pour intégrer à la fois savoir disciplinaire et formation pratique. L’entrée dans le métier ne peut être que progressive..

Etre enseignant est un métier qui s’apprend.

Christian BIREBENT