La droite, c’est le mal-logement