Le changement, c’est créer 150 000 emplois d’avenir

Mardi 9 octobre, le Parlement a adopté définitivement la loi sur les emplois d’avenir.
Face à un taux de chômage exponentiel des jeunes qui s’élève aujourd’hui à 22% et même à 45% pour les jeunes sans diplômes. Face à cela, l’accès au CDI relève du parcours du combattant. Afin de réduire le chômage des jeunes mais également de leur donner une première expérience professionnelle, le gouvernement agit.

100 000 emplois d’avenir seront créés en 2013, chiffre porté à 150 000 en 2014. 75% du montant brut de la rémunération du jeune sera pris en charge pendant une durée de 3 ans.

Les jeunes sans diplôme de 16 à 25 ans en seront les premiers bénéficiaires, en particulier dans les zones urbaines ou rurales les plus marquées par le chômage. Ils seront principalement créés par des employeurs du secteur non marchand dans des activités ayant une utilité sociale avérée et susceptibles d’offrir des perspectives de recrutement (filières vertes et numériques, secteurs du social et du médico-social, aide à la personne, animation et loisirs, tourisme…).

Les 30 premières conventions d’engagements pour la mise en œuvre des emplois d’avenir ont été signées à l’occasion d’une cérémonie organisée à l’Hôtel Matignon le 30 octobre 2012 avec les représentants des acteurs emblématiques de la mobilisation pour les emplois d’avenir.
Les conventions d’engagement pour la mise en œuvre des emplois d’avenir sont signées par l’Etat et les représentants des acteurs emblématiques de la mobilisation pour les emplois d’avenir.

  • Des représentants des collectivités territoriales dont le rôle sera déterminant pour réussir ces recrutements de jeunes en emploi d’avenir en leur sein et sur leur territoire.
  • Des représentants de l’Economie Sociale et Solidaire et de fédérations associatives dont les métiers d’utilité sociale sont porteurs d’avenir.
  • Des représentants d’établissements et entreprises publics dont l’engagement a valeur d’exemplarité.
  • La mobilisation des acteurs de la formation est essentielle pour que les jeunes bénéficient de formations adaptées et accèdent à une qualification.