Jean-Marc Ayrault : « La pauvreté n’est pas une fatalité »

Lors de la Conférence nationale contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale du Conseil Economique, Social et Environnemental, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a annoncé les mesures qui seront prises par le gouvernement pour lutter contre la pauvreté dès l’hiver.

La pauvreté n’est pas une fatalité

Le Premier ministre a commencé par faire un état des lieux de la pauvreté en France, mettant en cause la crise économique et les politiques « inconsidérément libérales » qui ont fragilisé le modèle de société français, aboutissant à une nouvelle progression de la pauvreté depuis 10 ans.

Et Jean-Marc Ayrault de dicter l’orientation de sa politique :

Mon gouvernement n’accepte pas et n’acceptera jamais ni le cynisme ni la stigmatisation. La pauvreté n’est pas une fatalité, la précarité n’est pas un fléau qui s’abat au hasard sur une partie de la population. Ce n’est pas non plus une marque d’infamie. […] Non seulement la pauvreté peut être combattue, mais elle peut être anticipée et prévenue. Nous devons nous appuyer sur les capacités de chacun à s’en sortir, sans faire croire que l’on peut et que l’on doit se débrouiller seul, quelles que soient les circonstances.

Pour un Pacte de solidarité
Puis d’annoncer les principales mesures d’un «Pacte de Solidarité» :

  • l’augmentation de 10% du RSA d’ici 2017,
  • la création d’un contrat d’insertion pour les jeunes non-qualifiés
  • et l’extension de la CMU à 500 000 personnes supplémentaires.

Précarité énergétique et biens essentiels
S’agissant de la précarité énergétique et de l’accès aux biens essentiels, le chef du gouvernement a prévu l’extension des tarifs sociaux du gaz et de l’électricité, mais aussi la simplification des démarches administratives pour le recours aux droits sociaux.

Prévenir le surendettement
Le Premier ministre a également réaffirmé sa volonté de lutter contre le surendettement en créant un registre national des crédits aux particuliers dans la prochaine loi sur la consommation et en renforçant la responsabilité des banques avec plafonnement des frais pour les publics fragiles grâce à une Loi Bancaire.

Pour un meilleur hébergement
Enfin pour faire face aux problèmes d’hébergement et de logement, Jean-Marc Ayrault a annoncé la création de 8 000 places d’hébergement supplémentaires pour les sans-abris et les demandeurs d’asile, mais aussi la création d’un dispositif de garantie universelle des risques locatifs pour lutter contre les discriminations à l’entrée dans le logement, notamment des travailleurs modestes et les jeunes.