Le contrat de génération, un engagement majeur du Président de la République

L’engagement n° 33 du projet présidentiel du candidat François Hollande indiquait :

« Je proposerai un contrat de génération pour permettre l’embauche par les entreprises, en contrat à durée indéterminée, de jeunes, accompagnés par un salarié plus expérimenté, qui sera ainsi maintenu dans l’emploi jusqu’à son départ à la retraite ».

Le Conseil des Ministres du 12 décembre, a adopté le projet de loi présenté par le ministre du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social, Michel Sapin, portant création du contrat de génération, mettant ainsi en oeuvre un engagement majeur du Président de la République.

Issu d’un accord national interprofessionnel unanime, le projet de loi marque un succès du dialogue social. Il viendra enrichir la mobilisation de tous les acteurs contre le chômage et pour la jeunesse.

Le contrat de génération répond à deux défis du marché du travail. D’une part, l’embauche de jeunes en contrat à durée indéterminée pour accéder à un emploi stable : seul un jeune salarié sur deux est en contrat à durée indéterminée. D’autre part, le maintien dans l’emploi des salariés seniors qui voient leur taux de chômage augmenter et se voient parfois pousser hors de l’entreprise à quelques années de la retraite.

Le contrat de génération propose un changement de regard. Au lieu d’opposer les générations, il les rassemble. La transmission des compétences est un enjeu considérable pour la compétitivité des entreprises, mais également pour notre société.

Le contrat de génération s’adaptera à la situation de chaque entreprise en faisant une large place au dialogue social dans sa mise en œuvre. Des modalités adaptées à la taille des entreprises sont ainsi prévues :

  • les entreprises de 300 salariés et plus devront négocier des engagements portant sur l’embauche et l’intégration des jeunes dans l’entreprise, l’emploi des seniors et la transmission des compétences, sous peine d’être soumises à une pénalité ;
  • les entreprises de moins de 300 salariés pourront bénéficier d’une aide lorsqu’elles embauchent en contrat à durée indéterminée un jeune de moins de 26 ans et maintiennent en emploi un senior de 57 ans et plus, ou recruté à 55 ans et plus. Pour les entreprises de 50 à moins de 300 salariés, qui se trouvent dans une situation intermédiaire, le bénéfice de l’aide sera conditionné à la recherche d’un accord collectif.

Le contrat de génération allie le soutien à la compétitivité et le développement des compétences à la nécessaire inclusion des jeunes et des seniors dans l’emploi.

Le projet de loi sera le premier à être examiné à l’Assemblée Nationale en janvier. Le souhait du Gouvernement est qu’il puisse entrer en application très rapidement, avant la fin du premier trimestre 2013.

Ainsi, après les emplois d’avenir, déployés depuis quelques semaines pour les jeunes peu ou pas diplômés, le contrat de génération concernera cette fois toutes les entreprises et les jeunes.

En savoir plus http://www.vie-publique.fr/actualite.