Stationnement, le déni de démocratie participative – Conseil municipal du 22 mars 2018

Conseil municipal – 22 mars 2018

Gestion du stationnement

Monsieur le Maire, mesdames et messieurs les élus,

Cet épisode sur les tarifs de stationnements démontre avec justesse la question du lien entre les citoyens d’une ville et leurs élus.
Les élus ne bénéficient pas d’un blanc-seing une fois l’élection passée. Il semble primordial que les citoyens se sentent représentés, écoutés et entendus par leurs élus.

Mon propos se déroulera en deux points :

En premier lieu celui de la démocratie participative. Démocratie participative que vous affichez sur le site de la ville comme un des points d’excellence de la ville.
Mais comment entendez-vous cette participation des Montrougiens ?
Cette participation c’est vous qui la dirigez, c’est vous qui l’encadrez et donc c’est par vous qu’elle est muselée …
Muselée car vous avez choisi de ne consulter les Montrougiens que sur des sujets qui vous arrangent ou en tout cas qui ne porteront pas à polémique.

Regardons de plus près le processus utilisé pour fixer les tarifs de stationnements. Sujets qui intéressent au plus au point nos concitoyens car au plus près de leurs préoccupations quotidiennes.
Or les tarifs ont été fixés par le maire via une commission d’élus.

Alors rêvons un peu !
Vous auriez pu mobiliser les conseils de quartier et demander des propositions !
Vous auriez pu tenir compte de ces propositions !
Vous auriez pu imaginer des discussions et des allers retours entre les élus de la commission de stationnement et les conseils de quartier.
Bref, vous auriez pu mettre en œuvre une VRAIE démocratie participative !

Donc arrêtons de rêver car vous avez imposé sans consulter !
Vous avez décidé sans tenir compte d’avis contraire !

Et j’arrive à mon deuxième point.
Quelques personnes ont ainsi décidé devant une carte de la ville du zonage en jouant avec leurs crayons verts et rouges sans se soucier le moindre du monde des préoccupations des habitants.

Revenons sur la zone rouge.

Je rappelle que la réglementation des zones est de l’ordre de la décision du maire.
Le conseil municipal ne votant pas sur le zonage.

Prenons par exemple le quartier où se retrouvent en zone rouge le boulevard du Général de Gaulle et l’avenue Aristide Briand.
La raison avancée pour la zone rouge : les commerces. Pour ceux qui connaissent ce boulevard, il y a trois sandwicheries et je ne pense pas que des personnes se déplaceront de toute l’Île de France pour se procurer leurs fameux sandwichs …
Cependant vous pénalisez les habitants car vous rendez le stationnement plus cher dans un quartier où :

  • Pas de transport en commun pour se rendre dans le centre ville,
  • Pas de médécin, ou de cabinet para-médical,
  • Et donc pour des personnes âgées, des personnes handicapés ou avec de jeunes enfants, vous pénalisez les accompagnants encore plus, puisqu’ils vont payer plus cher le stationnement.

En conséquence je vous demande, Monsieur le Maire, le retour à la situation précédente :

  • La zone rouge limitée à l’avenue de la République,
  • Le retour à la zone verte pour les quartiers éloignés du centre ville,
  • Le retour à une zone orange intermédiaire.

Monsieur le Maire il serait temps d’écouter les montrougiens.
Et j’attends votre réponse positive sur le retour à l’ancien zonage.

Retrouvez toutes les interventions de vos élus socialistes : psmontrouge.net/interventions-cm.

Vos élus socialistes : psmontrouge.net/vos-elus-socialistes, pour les contacter : psmontrouge.net/contactez-vos-elus/