• Massacre à la tronçonneuse avenue Jean Jaurès

  • Massacre à la tronçonneuse avenue Jean Jaurès

  • Massacre à la tronçonneuse avenue Jean Jaurès

  • Massacre à la tronçonneuse avenue Jean Jaurès

Massacre à la tronçonneuse avenue Jean Jaurès – suite

Les premiers abattages de platanes sont en cours avenue Jean Jaurès.

Le maire explique et se justifie par voie de presse sur BfmTv le 22 août : « On enlève des platanes qui sont soit malades soit mal situés sur des conduites de gaz à l’entrée et à la sortie des avenues pour faire une grande promenade« .

Nous demandons que le maire fournisse aux montrougiens le bilan phytosanitaire préalable des platanes, avec les dérogations d’abattage accordées.

D’autre part, il semble que « des conduites de gaz mal situées » posent problème. Nous demandons que le maire fournisse les éléments sur l’implantation de ces conduites par rapport aux arbres abattus, ainsi que les solutions alternatives à l’abattage qui auraient pu être envisagées.

Dans notre ville, comme dans la plupart des villes…, et depuis des dizaines d’années, les conduites de gaz sont plutôt situées sous les trottoirs ou routes et des arbres sont plantés le long de ces mêmes trottoirs…

Nous demandons donc à connaître les mesures prises plus généralement sur la ville quant à des « conduites mal situées ». Mesures certainement prises dans la même urgence que celles prises dans la précipitation pour abattre les arbres avenue Jean Jaurès.

Nous demandons le détail des coûts de ce projet, projet qui rappelons-le avait pris 1,5 M€ de plus en quelques jours, passant de 6,5 M€ à 8 M€, entre deux réunions de quartier.

Enfin nous demandons de stopper ces abattages tant que ces éléments n’ont pas été présentés aux montrougiens.

Les allées d’arbres et alignements d’arbres sont notre bien commun, font partie de notre patrimoine, ce qui est d’ailleurs inscrit dans la loi, et méritent plus.

Article 350-3 du code environnemental

Les allées d’arbres et alignements d’arbres qui bordent les voies de communication constituent un patrimoine culturel et une source d’aménités, en plus de leur rôle pour la préservation de la biodiversité et, à ce titre, font l’objet d’une protection spécifique. Ils sont protégés, appelant ainsi une conservation, à savoir leur maintien et leur renouvellement, et une mise en valeur spécifiques.

Le fait d’abattre, de porter atteinte à l’arbre, de compromettre la conservation ou de modifier radicalement l’aspect d’un ou de plusieurs arbres d’une allée ou d’un alignement d’arbres est interdit, sauf lorsqu’il est démontré que l’état sanitaire ou mécanique des arbres présente un danger pour la sécurité des personnes et des biens ou un danger sanitaire pour les autres arbres ou bien lorsque l’esthétique de la composition ne peut plus être assurée et que la préservation de la biodiversité peut être obtenue par d’autres mesures.

Des dérogations peuvent être accordées par l’autorité administrative compétente pour les besoins de projets de construction.

Le fait d’abattre ou de porter atteinte à l’arbre, de compromettre la conservation ou de modifier radicalement l’aspect d’un ou de plusieurs arbres d’une allée ou d’un alignement d’arbres donne lieu, y compris en cas d’autorisation ou de dérogation, à des mesures compensatoires locales, comprenant un volet en nature (plantations) et un volet financier destiné à assurer l’entretien ultérieur.